veran3

Les Présidents des associations départementales de maires réaffirment la nécessité d’une Union Régionale forte

Les six Présidents d’associations départementales de maires réunis en Assemblée Générale, le 9 juillet à Gardanne, ont mis en avant le travail de coordination réalisé par l’Union Régionale des Maires auprès des 958 maires de la région. Ils ont regretté l’absence d’un représentant du Conseil Régional lors de leurs travaux.
L’Union Régionale des Maires rappelle le rôle fondamental de la commune et la proximité du maire, qui est l’interlocuteur indispensable auprès de ses concitoyens. Depuis plusieurs années, les communes sont asphyxiées par les choix politiques des gouvernements successifs, l’Etat jacobin semble vouloir leur mort.
L’élection au suffrage universel direct des élus siégeant au sein des intercommunalités éliminera définitivement les maires et les conseillers municipaux en 2020. La baisse des dotations et le transfert de compétences vident de leur substance la commune et ses services de proximité.
Dans un contexte déjà tendu, notamment au travers du projet de loi « NOTRe » actuellement en discussion au Parlement, qui ouvre la voie de la disparition des communes au profit des intercommunalités et des régions, les Présidents des associations départementales de maires réaffirment la nécessité d’une Union Régionale forte.
Les Présidents d’Associations Départementales de Maires invitent les candidats « tête de liste régionale » à l’élection du 6 décembre prochain à une rencontre afin de faire part de leurs inquiétudes, leurs revendications et échanger sur leur programme régional, particulièrement en direction des collectivités locales.

Dans la perspective des élections régionales, l’Union Régionale des Maires de Provence-Alpes-Côte d’Azur, née il y a 30 ans, confirme sa volonté de maintenir les communes au cœur du projet régional.

Jean-Pierre VERAN
Président de l’Association des Maires du Var
Conseiller départemental
Maire de Cotignac.

Coût des rythmes scolaires : l’AMF renouvelle sa demande d’une compensation intégrale par l’Etat  

Malgré les difficultés financières et d’organisation, les maires et présidents d’intercommunalité, respectueux des lois et décrets de la République, ont mis en œuvre depuis la rentrée 2013-2014 la réforme des rythmes scolaires initiée par le gouvernement. L’organisation de nouvelles activités périscolaires s’est traduite par de nouvelles charges importantes pour les communes et les intercommunalités, notamment des frais supplémentaires de fonctionnement et de personnel. Or, cette réforme survient dans un contexte de réduction drastique des dotations de l’Etat jusqu’en 2017, et alors même que l’Etat demande aux collectivités territoriales de diminuer leurs dépenses. Si l’AMF a pris acte de la transformation du fonds d’amorçage en un fonds de soutien pérenne à compter de la rentrée 2015, elle demande une fois encore que son montant soit réévalué au cout réel de mise en œuvre de la réforme dans les communes et leurs groupements.

causecommune
Kit de mobilisation du 19 SEPTEMBRE 2015 : modèles à télécharger
gBGjZzsAfSCLPFA-800x450-noPad
L’Appel du 19 septembre pour toutes les communes de France
Réouverture exceptionnelle des inscriptions sur les listes électorales jusqu’au 30 septembre 2015

Le patrimoine varois pour passion

Reportage réalisé dans le cadre du partenariat AMF83-Fondation du Patrimoine. Réalisé avec la participation de Monsieur Jean-Louis ATOCH, délégué départemental adjoint à la fondation du Patrimoine 83 Réalisé avec l’aimable participation de Madame Pierrette LOPEZ,...

Vous devez vous connecter pour pouvoir poser une question.